L’État d’urgence, instauré depuis plusieurs semaines, a conduit à de nombreuses assignations à résidence, perquisitions musclées, des quartiers sous contrôle policier permanent, le renforcement des droits pour les forces de l’ordre, des manifestations interdites, et la liste est longue. Retour ligne automatique
Des populations diverses sont touchées, que ce soit la communauté musulmane ou les personnes assimilées, les militants dit « radicaux » ou écologistes, et en général, toutes les personnes ne rentrant pas dans les normes.

A l’opposé, des groupes fascistes organisent des manifestations et des ratonnades, la police frappe et tue, en toute impunité.

Le tout sécuritaire n’est qu’une réponse visant à nous priver de liberté pour nous « protéger », alors que cette position antagoniste ne fait que renforcer les clivages au sein de la société. A cela, nous voulons opposer une réaction massive pour affirmer, à travers nos différences, que nous sommes solidaires.

Il est temps de reprendre la rue. Rejoignez-nous le 16 janvier pour un grand banquet contre l’État d’urgence, suivi d’une manifestation en solidarité avec les habitants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Au programme : cantines, Barbecue, tables d’information, open mic, fanfare Ramenez de quoi redécorer la place (panneaux, banderoles !) Interventions d’ex-assignés à résidence, perquisitionnés, straSS, collectifs contre les violences policières et l’islamophobie, Collectif NDDL francilien, collectifs de soutien aux migrants, etc.

Publicités