Très beau message d’un lycéen de Rennes, que nous avons rencontré lors d’une action commune en solidarité avec les migrant-e-s.

J’ai entendu beaucoup de choses sur les sans papiers, les étranger et les squat. Et souvent je me suis offusqué, j’ai péter des coups de gueules et j’ai combattu comme je le pouvais cette intolérance des gens autour de moi. J’en ai déjà parlé mais maintenant je ne me contenterais plus de simplement en parler maintenant je veux agir et d’ailleurs j’ai déjà commencé.

Hier un petit groupe d’entre nous est allé voir un squat ou résident plus de 150 sans papiers quand nous sommes arrivés nous avons vu ce bâtiment sans esthétique où le linge sale était exposé dehors nous avons pris l’initiative de rentrer à l’intérieur, nous avons été accueillis par une famille d’une gentillesse immesurable et notre premier constat fut la taille de la pièce dans laquelle ces 5 personnes vivaient (enfin par pièce je veux dire le carré qui leur était attribué délimité juste par 4 draps suspendus) et cette pièce sans vous mentir elle ne faisait pas plus de 2 mètres par 3 et cela fait maintenant 8 mois qu’il y sont .Le jeune garçon de 13 ans présent dans cette famille nous a raconté leur émouvante histoire. De la situation de crise d’un pays déchiré où ils risquaient leurs vies chaque jour, du grand voyage pour fuir cette misère, leur famille séparée ne pouvant pas partir tous en même temps, des débuts effrayants dans un nouveau pays où l’on a ni ami ni famille et dont on ne parle pas la langue, il nous parla des squat qu’ils avaient déjà connus avant celui ci. Il nous parla aussi des expulsions subies, les renvoyant à la case départ, nous l’avons écouté la larme à l’œil rempli de tristesse pour ces habitants et surtout pour ce gamin d’une maturité exceptionnelle. Ensuite il nous a parlé de la vie au quotidien dans le squat nous expliquant le fait qu’il n’y ait qu’une toilette, une douche et une machine à laver pour 150 personnes et toute la difficulté a se nourrir se vêtir … nous avons longtemps parlé et quand je lui demandé « quelle est la chose dont vous auriez le plus besoin ici » Il m’a dit avec une émotion si pure « juste un toit rien de plus qu’un toit »

Voila maintenant vous savez tous pourquoi et je dirais même pour qui ont se bat.

Publicités